ValenCia Palace

Annie Perrault

« Je suis ici pour écrire un scénario. La femme est blonde et blessée, le ciel brumeux, c’est un huis clos étouffant sur le toit d’un hôtel. Le film est construit sur un malaise, une inquiétude, un mystère ; on ne sait pas qui est cette femme, et on ne le saura pas, à la fin. »

Reprenant le point de départ de Moderato Cantabile, Annie Perreault construit un thriller intérieur à l’ambiance lynchienne qui vous fera regarder votre prochain autrement.

Éditions Le Nouvel Attila

« S’entrelacent alors le récit de Claire, qui revient seule à Valence, hantée par cette scène et torturée par la culpabilité, et celui de sa propre fille, venue y courir un marathon dix ans après la disparition de sa mère, comme un hommage désespéré à cette femme, aimante et joyeuse, qui lui demeurera à jamais un mystère. »

L’Obs, Véronique Cassarin-Grand

« On pensera aux films de David Lynch, ce cinéaste qui sait cultiver une atmosphère aussi troublante qu’intrigante. Terreur, beauté, Annie Perreault joue habilement sur les deux tableaux et cela promet pour ses prochains livres. »

Le Matricule des Anges, Anthony Dufraisse

« Quelques questions à propos de Valencia Palace. »

Babelio.com, Nicolas Hecht

« « Valencia Palace » est un beau roman qui interroge à la fois la capacité d’empathie et l’impact post-traumatique des drames extérieurs. L’écriture du détail joue avec le temps, l’étire ou le ramasse, et lui donne sa juste valeur dans l’exercice de la course à pied, véritable mise à l’épreuve de la douleur et dérivatif à la souffrance. »

On l’a lu, Aline Sirba