Nous sommes immortelles

Pierre Darkanian

Dans le quartier de la Goutte d’Or, Janis Meyer recherche sa mère, Jeanne, dont elle est sans nouvelles depuis plusieurs mois. Sa disparition est peut-être liée au livre qu’elle vient de publier et qui rencontre un grand succès dans les milieux féministes : la correspondance de Carol Schäffer, une démente infanticide emprisonnée en Oregon.

Entre le boulevard de la Chapelle et la rue des Poissonniers convergent des phénomènes étranges qui concernent sans doute les trois femmes : la canicule s’installe en hiver, des « mères-zombies » cherchent des enfants qu’elles n’ont jamais eus, le cours du temps perd toute logique et Janis a bien du mal à ignorer les voix qui l’appellent, quelque part en dessous.
De Brueghel à la Commune de Paris, de l’université de Vincennes à une secte inquiétante dans une forêt américaine, Janis entreprend une odyssée à travers les époques et les territoires.

Dans son premier roman Le Rapport chinois, Pierre Darkanian revisitait l’archétype du bouffon pour ausculter le règne de l’ultralibéralisme. C’est la figure de la sorcière qui le fascine cette fois. Nous sommes immortelles est un roman-monde qui, à la façon d’un trou noir, semble aspirer toutes nos histoires, sciences, croyances et peurs, pour révéler une autre dimension à ceux qui traversent ses ténèbres.

Couverture Nous sommes immortelles

Éditions Anne Carrière