L’Ogresse et les orphelins

Kelly Barnhill

Lauréat Prix Elbakin.net du meilleur roman de fantasy traduit jeunesse

Pierre-en-Vallon était autrefois une ville riante, mais le sort s’est acharné : incendies, inondations et autres calamités ont coûté à ses habitants leur bibliothèque, leur école, leur parc et même leur esprit de bon voisinage. Affligée, la communauté a placé ses derniers espoirs dans son maire, un personnage haut en couleur qui se prétend leur ultime recours. Après tout, n’est-il pas un célèbre tueur de dragons ? (Affirmation audacieuse, mais il est vrai que personne n’a vu de dragon en sa présence.) Seuls les enfants rusés de l’orphelinat et la gentille ogresse vivant dans les faubourgs semblent continuer à porter un regard objectif sur les problèmes de la ville.
Voilà qu’un jour un des jeunes pensionnaires de l’orphelinat disparaît. À l’instigation du maire, tous les regards suspicieux se tournent vers l’ogresse. Les orphelins ne doutent pas un instant du bon cœur de cette dernière, ils savent qu’avec l’aide d’une bande de corbeaux distingués, elle s’emploie à livrer des cadeaux aux habitants de Pierre-en-Vallon. Mais arriveront-ils à convaincre les adultes, si personne ne veut les écouter ? Et parviendront-ils à démasquer le véritable coupable qui se cache parmi eux ?

Couverture L'Ogresse et les orphelins

AGENT_avec_lien

Éditions Anne Carrière

« Sélection du prix Elbakin.net du meilleur roman de fantasy traduit, catégorie jeunesse. »

Elbakin.net

« L’Ogresse et les orphelins, nouveau roman de Kelly Barnhill. »

Actualitté, Victor de Sepausy

« Une leçon d’entraide, de partage, de solidarité et au final d’amour. »

Corse Matin, Gaëlle Valéry

« Kelly Barnhill réussit un nouveau roman magnifique. Dans une langue poétique et imagée, avec un rythme soutenu, elle créé un univers original. »

La Côte, Le Nouvelliste, Arcinfo, Laurence de Coulon

« Les secrets d’écritur de Kelly Barnhill. »

ActuSF, propos recueillis par Estelle Hamelin

« Un récit prenant, formidablement bien (ra)conté. »

La Revue des livres pour enfants, E. K

« L’Ogresse et les orphelins, à partir de 11 ans. »

Les Surdoués, Sophie Vilmont

« Bien exécuté, poétique et chantant mais aussi accessible aux jeunes lecteurs avides de merveilleux, L’Ogresse et les Orphelins promet de beaux instants d’évasion. »

Elbakin.net

« L’ogresse coupable ? »

JDE, Edith Alberths

« Un envoûtant conte noir. »

Alibi, Sophie Pujas