Le Fumoir

Marius Jauffret

Sélection Prix de Flore

Sélection Prix Wepler

Sélection Prix L’Impromptu du Premier roman

Une nuit, à la terrasse d’un café parisien, un jeune homme est d’humeur noire. Il a besoin d’un verre. De plusieurs même. Tout devient flou soudain, il tombe. Et reprend ses esprits dans la chambre d’un hôpital psychiatrique, attaché à un lit.
Le lendemain, un médecin lui explique qu’il sortira… seulement quand il l’en jugera capable.
Le voici prisonnier, lui qui n’a commis ni crime ni délit.
Vieillards sans famille, SDF, travailleurs en burn-out, compagnons d’infortunes drôles et touchants, attendent ici, parfois depuis des mois, un diagnostic qui ne vient jamais.  A l’ennui mortel, à l’infantilisation, au mépris glaçant de l’Institution pour ses patients, à la peur surtout, ils ne trouvent qu’un remède : fumer.

 Le Fumoir est l’histoire d’un jeune homme enfermé « pour son bien ».
Ils sont 100 000 chaque année en France à être hospitalisés en psychiatrie sous contrainte.
Des hommes et des femmes dont la liberté se trouve suspendue au jugement d’un médecin, sans aucun recours possible.

Il aura fallu deux années au narrateur pour qu’il cesse de vivre dans l’angoisse de voir surgir des blouses blanches devant sa porte.
Deux années et ce livre.

Éditions Anne Carrière

« Un récit glaçant, un livre révolté. »

L’Obs, Jérôme Garcin

« Prisonnier d’un asile malgré soi : temps suspendu, existence itou. »

Actualitté, Victor de Sepausy

« Présentation du premier roman de Marius Jauffret. »

Livres Hebdo, Alexiane Guchereau

« Marius, un prénom à surveiller. »

LH Le Mag, Sean James Rose

« C’est un livre féroce. Courageux. Que j’ai lu d’une traite. »

Sarah Chiche, auteur de Saturne, Seuil

« Les livres qui m’ont frappé sont ceux qui montrent combien notre humanité souffre de cette nouvelle civilisation où il faut être hyper adapté, hyper connecté, hyper en forme, et ce sont des auteurs qui sortent de la route. »

Journal de 13h TF1, Librairie des Abbesses, Marie-Rose Guarniéri

« Un livre édifiant, terrifiant, passionnant. »

Le Magazine de la santé, Marina Carrère d’Encausse

« Le Fumoir, récit fulminant et sarcastique de son internement forcé. »

Arte, 28′, Elisabeth Quin

« Rageur, tonique, percutant. »

Le Point, Sophie Pujas

« Le Fumoir, livre maîtrisé et glaçant. »

ELLE, Sandrine Mariette
La Fringale Culturelle, Christophe Mangelle

« Le Fumoir, captivant récit autobiographique de son séjour en hôpital psychiatrique, dont il dézingue avec noirceur et lucidité le système. »

L’Obs, Amandine Schmitt

« Un récit poignant. »

Le Monde des Livres, Macha Séry