Au-delà de la pénétration

Martin Page

« Et si l’ONU établissait un moratoire sur la pénétration ?
Et si l’orgasme était aussi une construction sociale ?
Et si pénétrer c’était passer à côté et fuir ?
Et si la sexualité n’était plus regardée comme un sport olympique ?
Et si le clitoris était quelque chose de trop bien ?
Et si les mecs se sentaient un peu méfiant d’être des mecs ?
Et si on arrêtait de se sentir en faute pour n’avoir pas joui ?
Et si la pénétration aussi était politique ? »

Martin Page interroge la place de la pénétration dans les rapports hommes-femmes,
et plaide pour une exploration réciproque du reste du corps…

Éditions Le Nouvel Attila

« Martin Page repense la question de la pénétration et du tabou qui consiste à passer outre sa pratique. […] Cet essai soulève des questions on ne peut plus pénétrantes ! »

Livres Hebdo, Sean James Rose

« Un essai bien peu pénétrant. »

L’Express, Jérôme Dupuis

« L’auteur plaide pour une sexualité qui ne rappelle pas « les jeux de construction ». Il propose en fin d’ouvrage des témoignages d’hommes et de femmes, anonymes ou non, pour qui la pénétration n’est pas nécessairement la voie promise vers le septième ciel. »

Le Point, Sophie Pujas

« Un trou-plein de « péné » »

Libération, Cécile Daumas et Thibaut Sardier

« Ce manifeste libère la parole. »

Psychologies, Ariane Bois

« Dans mon livre, j’ai voulu remettre en cause le primat de la pénétration dans les rapports hétérosexuels, mais aussi dire que l’homme hétéro peut être pénétré. »

Néon, propos recueillis par Armelle Camelin

« 10 livres sur le plaisir féminin à lire absolument. »

ELLE, Laura Boudoux
I
France Inter

« Le Nouveau Rendez-vous », Laurent Goumarre

I
France Inter

« Pas son genre », Giulia Foïs

I
Radio Campus Paris

« La Matinale de 19h », Gwendoline Troyano

« Martin Page interroge ses conditionneurs éducatifs, sociaux, sa relation hétérosexuelle et dominante d’homme pénétrant, telle que la société l’y a préparé. »

Mediapart, Hélène Duffau